Bonjour Henry, Start-up du mois

Bonjour Henry, l'Assistant vocal des personnes âgées.

AVEC LA NUMÉRISATION DE LA SOCIÉTÉ, IL DEVIENT DIFFICILE POUR CERTAINES PERSONNES DE RESTER À JOUR. QUATRE MILLIONS DES PERSONNES DE PLUS DE 60 ANS N’UTILISENT JAMAIS INTERNET. BONJOUR HENRY SOUHAITE RÉPONDRE À CE PROBLÈME EN PROPOSANT UN ASSISTANT VOCAL ET UNE TABLETTE CONÇUS POUR LES PERSONNES ÂGÉES.

Tout commence par une colocation entre un grand-père et son petit-fils. En 2017, Vincent Chollet, le co-fondateur de Bonjour Henry, emménage avec son grand-père de 94 ans pour quelques mois. Lors de cette vie commune, le jeune homme se rend compte des difficultés de la vie quotidienne d’une personne âgée, notamment dans son accès au numérique. Si son grand-père possède un smartphone, son utilisation n’est pas si aisée à cause du surplus d’informations affichées et d’une vue qui baisse. Ainsi, Vincent Chollet note : « Pépère, comme on l’appelle, s’excluait lui-même d’une partie de la société, car il ne voulait pas déranger en appelant mais son acuité visuelle ne lui permettait plus de lire ou de rédiger un SMS pour rester en contact avec ses proches ».

Ainsi naquit l’idée de Bonjour Henry : un assistant vocal spécialement dédié aux personnes âgées et capable de lire les informations à leur place. Au début, Vincent Chollet a procédé à quelques tests avec des assistants vocaux commerciaux comme Alexa. Cependant, il s’est vite rendu compte que si l’outil était parfait pour de la domotique, la communication n’était pas sa fonction principale. De plus, la portée commerciale de ces assistants mettait mal à l’aise son grand-père.

« J’avais l’impression de placer un vendeur chez lui H24.

Ça m’a dérangé », explique le co-fondateur de la société. Ainsi, il se met à bricoler des systèmes à base de Raspberry avec une interface vocale pour lire et envoyer les SMS, ce qui convainc son grand-père et même quelques voisins. Survient cependant un premier problème auquel sont confrontés les fondateurs de Bonjour Henry : la difficulté à lever des fonds pour une start-up qui développe du hardware. «On nous a dit “concentrez-vous sur ce que vous savez faire, c’est-à-dire l’intelligence artificielle et la reconnaissance vocale’’ », rapporte Vincent Chollet. Par conséquent, l’aventure entrepreneuriale a commencé par le développement d’une application pour smartphone.

Un partenariat avec ARCHOS.

Mais avec 4  millions de personnes parmi les 60  ans et plus qui sont en situation d’exclusion numérique, difficile de compter sur les personnes âgées pour avoir le dernier smartphone en poche. 

Beaucoup de critiques ressortaient, sur la qualité du son lors de la lecture notamment. 
C’est à ce moment que la jeune pousse a décidé de s’associer à l’entreprise Archos pour développer la partie hardware de son dispositif.
 

« C’est une société française en qui nous avons confiance et avec qui nous avons pu passer des contrats pour fabriquer de petites quantités, contrairement à d’autres acteurs notamment chinois, qui exigeaient de grands volumes pour la fabrication », souligne Vincent Chollet. Ainsi, la tablette de Bonjour Henry se base actuellement sur le modèle Oxygen 101S d’Archos, qui est une tablette similaire à l’Ardoiz de La Poste, elle aussi destinée aux personnes âgées. « Au niveau économique, le fait de fournir une tablette est aussi intéressant car la présence d’un objet concret donne de la valeur ajoutée à notre produit, en particulier pour les personnes âgées », note Vincent Chollet.

L’assistant vocal Bonjour Henry se présente alors concrètement sous la forme d’une tablette et d’un dock qui permet la recharge. La tablette est munie d’une carte 4G afin de s’affranchir de la Wi-Fi. « Pas de question de pousser mami dans la Wi-Fi » rétorque alors Vincent Chollet. 

D’un point de vue logiciel, les utilisateurs ont un double support visuel et vocal qui leur permet d’envoyer et de recevoir des messages (y compris des liens multimédias et internet), et des passer des appels.

Comment atteindre le public cible ?

Les premiers tests avec ces dispositifs ont eu lieu dans des EHPAD grâce à des financements de l’Etat. Cependant, pour la phase commerciale qui arrive aujourd’hui, il est difficile de convaincre ces maisons qui manque souvent de moyens pour investir dans Bonjour Henry. La Start-up se tourne alors vers le grand public, qu’elle espère atteindre au travers des assurances et des mutuelles. Elle travaille déjà avec la Mutuelle Générale dans une phase de test. 

« Pour ce type d’organisme, Bonjour Henry est intéressant car il permet d’atteindre, grâce à des messages de prévention, des personnes qui auparavant étaient isolées », explique Vincent Chollet. 

Enfin, à partir de 2025, Bonjour Henry souhaite élargir sa clientèle en se développant auprès des fournisseurs d’accès internet. En effet, ces acteurs cherchent à conquérir un nouveau public.

Ils veulent améliorer leur image auprès des personnes âgées tout en ajoutant une valeur « servicielle » à leur box internet.

Deux objectifs qui s’accorderaient avec la mission que s’est fixée l’équipe de Bonjour Henry.

Article d’Alicia ALOISI- electroniques.biz

🚀 Suivez nos aventures en vous connectant à nos réseaux sociaux 👇

Facebook / Insta / Twitter / Youtube / Linkedin 

 

Vous avez apprécié cet article ? 

Laissez-nous un commentaire et n’hésitez pas à le partager à vos proches 💌